CLUB D'ECOUTE

LE «CLUB D’ECOUTE COMMUNAUTAIRE»

DE NAMONDOUGBA EST INSTALLE

 

Le mardi 07 août a eu lieu à l’école primaire publique de Namondougba, dans le canton de Nanergou, (préfecture de Tône) l’installation officielle du Club d’écoute de la localité.

 C’était en présence du Secrétaire général de la préfecture de Tône, Tchimbiandja Douti Christophe, des chefs du village et des quartiers de Namondougba et une grande foule de curieux.

 

 Le mot de bienvenue a été dit par Mlle Laguiliéyi Sandrine Agent de Communication sociale à l’Ong «Communication pour un Développement Durable » (CDD), pour situer la circonstance de la réunion.

 Prenant, à son tour, la parole Mlle Hadiatou Bawa, Responsable du Volet «Communication et Genre» a présenté le concept «Club d’écoute communautaire Femme/Homme». On entend, en effet, par « Club d’écoute communautaire », un groupe d’hommes et de femmes qui s’engagent à s’informer et à débattre de leurs préoccupations quotidiennes et qui sont prêts à mettre en pratique les enseignements qu’ils auront tirés en vue du développement de leur milieu.

 

 Le club d’écoute est donc un outil d’information, de formation et de partage d’expériences au niveau communautaire. Ainsi, le club d’écoute communautaire a pour mission de s’informer, d’informer et de former la communauté sur diverses thématiques de développement et d’actualité choisies par la communauté  et qui font objet de leur préoccupation: décentralisation, démocratie locale, équité genre, leadership féminin, le développement communautaire participatif, Vih/Sida, etc. Il s’agit, à partir de là, de pouvoir débattre des problèmes d’ordre collectif qui préoccupent les communautés. Tout acteur de développement pourra s’appuyer sur les clubs d’écoute pour mener ses actions.

 A ce jour 23 clubs d’écoute communautaire sont mis en place dans les 5 préfectures de la Région des Savanes. L’idée des clubs d’écoute communautaire est née pour la première fois, en 2003, en République Démocratique du Congo (RDC). Elle s’est étendue à d’autres pays comme le Niger en 2009 sous l’impulsion de l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) de DIMITRA et leurs partenaires.

 

Les clubs d’écoute ont réussi à stimuler la mobilisation sociale des femmes et des hommes, la concertation, la collaboration et l’action des communautés rurales surtout avec les femmes.

 

 L’Ong CDD, s’inspirant de cette expérience avérée dans le processus de promotion du genre et de responsabilisation de la femme, en fait une démarche qui complète et renforce son dispositif de communication et d’information de proximité.

De manière générale, les clubs d’écoute ont pour mission d’améliorer l’accès à l’information des populations rurales, en particulier des femmes, et à renforcer leur pouvoir d’action.

Le bureau qui est installé à Namondougba compte 3 femmes et 3 hommes et est dirigé par Mme Motogue Gnipale.  

La Rédaction 

 

baloukia